Paged'accueil
Introduction
18mars 1999
ICC99
15août 1999
CAGE
Brevets
SommaireFestival

 
18 mars 1999
 

21 personnes arrêtées 

après s'êtrevu refuser l'entrée

à une conférencede Monsanto

sur les Organismes Génétiquement

modifiés

For mother earth est notrepartenaire pour cette action

PressRealease in English

Textes
 

L'opinionpublique face aux plantes transgéniques
Quelquesennemis du meilleur des mondes transgéniques.
 

LesOGM, les consommateurs et les citoyens.
Par Thierry Raffin (Sociologue,"Collectif Citoyens OGM Dangers") et 
Hervé Le Meur (membred'OGM Dangers)
 

D’unchasteau de carte à un chasteau branlant
le génie génétiquedans notre alimentation. 
Sébastien Denys -janvier 2000
 

Oucomment la sémantique se met au service d’un pouvoir HervéLe Meur 


Photo: Ph. Somers
Un groupe decitoyens s'est vu refuser l'entrée de la conférence sponsoriséepar Monsanto

La question des OGM n'est pas un questiontechnique mais un choix politique
 

Ce jeudi 18 mars 1999 à 8h45 àl'hôtel Radisson SAS rue Fossé-aux-Loups à 1000 Bruxelles,un groupe de citoyens inquiets par le développement des OGM expliquerason point de vue lors de la conférence organisée par TheEuropean Voice: "Genetically Modified Organisms: Striking the RightBalance".

Nous voulons dénoncer le manquede transparence qui entoure tout les débat concernant les OGM, etparticulièrement cette conférence dont le prix d'entréeprohibitif (25.000,- Bef) rend impossible au citoyens de participer. Nousavions demandé à nous inscrire, ce qui a étérefusé. C'est donc à un simulacre de débat que seprêtent les deux Commissaires européens Emma Bonino et FranzFischler.

La production et la commercialisation desOGM participent d'un mouvement mondial de recul de souverainetéet de dépendance accrue:

  • du Sud vers le Nord: l'alibi alimentaire misen avant par les multinationales pour justifier la production des OGM estun leurre. La faim et la souveraineté alimentaire ne sont pas desproblèmes techniques mais des problèmes politiques et lesrecherches financées par les multinationales sont dirigéespar les seul critères de profit.
  • des paysans envers les industries agro-alimentaires(Monsanto, Dupont, Cargille,…), qui obéissent uniquement àune logique productiviste où le mode de vie rural et l'environnementsont toujours perdants.
  • des citoyens envers les marchés : cettedépendance est occultée par les débats techniquesdes experts et scientifiques alors même que le choix et l'orientationdes recherches scientifiques sont de plus en plus dictés par desgrandes firmes privées.
25 citoyens inquiets

Photo: Ph. Somers

Photo: Ph. Somers
Des "citoyensinquiets" arrêtés lors d'une conférence de Monsanto


Ce jeudi 18 mars 1999 à 9h00à l'hôtel Radisson SAS à 1000 Bruxelles, un groupede citoyens inquiets par le développement des OGM a demandéen vain l'autorisation de participer à la conférence organiséepar The European Voice avec le soutien de Monsanto: "Genetically ModifiedOrganisms: striking the Right Balance".

Ce groupe de 25 personnes venues de Finlande,de Belgique, du Royaume-Uni, et de Norvège avait préalablementdemandé à être inscrit gracieusement vu le coûtélevé de l'inscription (25.000, frs). Deux jours auparavant,les organisateurs avaient menacé de faire intervenir des gardesprivés dés leur apparition. En effet, après une heured'occupation pacifique du lobby de l'hôtel, la police bruxelloisea mis fin à la protestation malgré les propositions de négociations,et à arrêté 21 personnes. Elles seront maintenues enprison jusque 19h, heure de clôture de la conférence.

Ces "citoyens inquiets" dénoncentle manque de transparence qui entoure le débat concernant les OGM,ce qui est particulièrement bien illustré par une conférence,où de simples citoyens ne peuvent participer. C'est donc un simulacrede débat que les deux Commisaires européens Emma Bonino etFranz Fischler cautionnent. "On a l'impression qu'il s'agit non d'undébat mais d'un apparté entre des industries influentes etla Commission européenne" déclare Laurence Van de Walle,porte parole de l'action, "nous dénonçons le brevet terminatorqui vise à introduire un transgène tuer pour empêcherle développement de germe de grain récolté et obligerles paysans à en acheter de nouvelles".

Phil angels, directeur de la Communicationde Monsanto, a expliqué le 25 octobre 1998 au New-York Times: "Nousn'avons pas à garantir la sécurité des produits alimentairesgénétiquement modifiés. Notre intérêtsest d'en vendre le plus possible". Pour Monsanto, les semences sontavant tout une marchandise vendue sous forme de kit "semence-déserbant-pesticide".

Cette action est soutenue entre autresl'asbl Voor Moeder Aarde.


 
 Paged'accueil
Introduction
18mars 1999
ICC99
15août 1999
CAGE
Brevets
SommaireFestival