Paged'accueil
SommaireFestival
 Conférence
 SeedsParty
Décontaminaction
Presses

7 mai 2000 à 10h 45
 

Conférence-Combat"Notre vie, leur argent"
 

Les Organismes GénétiquementModifiés: un colosse aux pieds d'argile...


A l'issue d'une dizaine de moisd'activités partagées et d'interventions publiques régulièresdestinées à attirer l'attention sur la pénétrationdes chimères transgéniques dans l'alimentation humaine industrielle,dix mois au cours desquels la "problématique" des mutations imposéesau vivant a commencé en Belgique à émerger de la confidentialitéfeutrée de mise jusqu'alors, le Festival de résistance auxOGM tenu le 7 mai 2000 dans la région namuroise marque une évolutionnotable. Il a en effet offert à un mouvement belge encore balbutiantl'occasion de passer "en fanfare" des supermarchés aux supermarchands,de "rappeler" (qui l'aurait jamais oublié ?) que l'inondation transgéniquedes rayons et des assiettes suppose d'abord la mainmise sur les récolteset les paysans ainsi que l'expansion des laboratoires aux dimensions dumonde.

La "conférence combat" qui s'estdéroulée pendant la matinée a largement reflétécet état de fait et la prise de conscience qui l'accompagne : aucunappel ici à une "transparence" ou à une "biosécurité"qui confinent à la plaisanterie cynique mais bien plutôt undémontage des ressorts de l'entreprise de stérilisation poursuiviedepuis 150 ans (J.-P. Berlan), uncoup de projecteur sur la mise en scène européenne des intérêtsqui s'y rapportent (P. Lannoye), la présentation des lignes de forcede l'agriculture paysanne (Marc Vanoverschelde) et la dissection d'unemarchandisation industrielle dont les OGM ne sont qu'une manifestationexemplaire (René Riesel).Quelquescourts extraits d'intervention.

Ah! ces dimanches de mai ensoleillés, dimanches de communion par excellence,de robes blanches, de croix de bois et de réunions familiales. Euh...,bon c'est vrai le cadre était un peu différent à laferme de Vévy-Wéron (Wépion) en ce dimanche 7 mai. 

D'abord,le soleil ne brillait pas (pas encore, patience...). Ensuite, en guisede réunion de famille, entre 150 et 200 personnes (allez, mettons200) venues participer au premier "Festival de résistance aux OGM"en terre belge.
Lorsquela pluie cessa de s'épancher (ce qui correspondait grosso modoà la fin des ultimes mises au point techniques et d'organisation,preuve que la nature est bien faite) la journée put commencer. Lepublic prit place sous des tentes ou sous un ciel un rien plus clément.at
IsabelleStengers

Laconférence, animée par IsabelleStengers, débuta avec l'intervention de Paul Lannoye, députéeuropéen.
L'occasionde découvrir les endroits où se prennent les décisionset ce qui les influence: le lobbyingacharné des entreprises de biotechnologie - Novartis, Dupont, Monsantoet autres protégés d'Europabio - auprès du Parlementet de la Commission.
PaulLannoye
Cefut aussi l'occasion d'aborder la différence entre les notions dedécouverte et  d'invention - la première préexisteà sa mise en lumière, la seconde est un produit de l'activitéhumaine - et le flou juridique dans lequel baignent ces concepts.
Après10 années d'incubation, le Parlement a accouché d'une directiveofficialisant les brevets sur le vivant, quand bien même celui-cifait partie du domaine de la découverte (aucun homme n'a inventéles végétaux).

JeanPierre Berlan, nous entretient des aspects techniques et scienifiquesdu développement des OGM et des risques qu'il implique. Il dénonçales objectifs de ceux qui développent les OGM, qui ne sont autresque le profit (eh ! oui) et une emprise plus grande sur les agriculteurs- gage d'un marché fructueux et durable -, 

 
JeanPierre Berlan
lesassujettissant par des contrats de vente englobant semences modifiéesrésistante à un herbicide et l'herbicide en question, lesobligeant ainsi à racheter l'année suivante de nouvellessemences.
Ceprocessus avait déjà cours avant l'introduction des OGM surle marché mais ces derniers poussent cette logique jusqu'àson paroxisme avec le gène terminator et ces clônes qui stériliseles plantes.
Cegène n'étant pas encore commercialiser, le contrôlesur les agriculteurs se fait via une agence de détective (la célèbreagence Pinkerton) et par un numéro de téléphone vertpermettant au brave agriculteur à qui les intérêtsde Monsanto (puisqu'il s'agit d'eux) tiennent tellement au coeur de dénoncerson voisin pour "vol de technologie".
 MarcVanoverschelde
Marcensuite présenta le Mouvement d'Action Paysanne (MAP) et les autressyndicats regroupés au sein de Via Campescina (du Mouvement dessans-terres au Brésil à la très médiatiqueConfédération paysanne française). Ilstente de promouoir une agriculture paysanne qui s'inscrit dans une perspectivede développement durable et respectueuse des gens et de leur environnement.
RenéRiesel
Etenfin René Riesel, éleveurde brebis en France, nous parla de la nécessité de la résistance(active bien sûr) aux OGM mais aussi au monde qui les produit.
Quelqueséchanges avec le public plus loin, le pic-nic pouvait commencer.Pain de Fred de la ferme de Vévy Wéron, fromages du Hayon,le tout accomodé par Kokerellen, cuisine roulante alternative.
Lesoleil pointa timidement son nez, le stock de bière Moinette sefit piller et des musiciens sortirent leur instruments. 

Lestortues enragées
Digestion,moment de quiétude.
Maisdéjà le signal du départ; la journée est loind'être finie.
Suite...

Quelquescourts extraits de la conférence

Pour visionner les photos en grand formatet en meilleure qualité, cliquez dessus.


 Paged'accueil
SommaireFestival
 Conférence
 SeedsParty
Décontaminaction
Presses