Paged'accueil
Introduction
18mars 1999
ICC99
15août 1999
CAGE
Brevets
SommaireFestival

Le RCR vous propose d'envoyer une lettreà Magda Alvoet, à l'occasion du conseil des ministres européens

RCR- Rue de la Révolution, 7 - 1000 Bruxelles
 
 
 
 

Tél. : 081/ 57.91.07

Fax. : 02/ 223 14 95

E-mail : RCR@skynet.be


 
Chères amies, chersamis,
 
 

Le 21 juin prochain, le conseil des Ministresde l'Union Européenne doit voter une nouvelle directive visantà mettre en place un système légal pour la mise enculture d’O.G.M.

Notre ministre de la Santé Publique,de la Consommation et de l’Environnement, Madame Magda Aelvoet, doit représenterla Belgique à ce Conseil des Ministres.
 
 

Le RCR est pour le principe de précaution.

Tant que l’innocuité absoluede ces produits n’est pas prouvée, ils ne doivent pas êtremis en culture
 
 

Le Réseau de ConsommateursResponsables vous propose d'exprimer votre avis au sujet de l'autorisationde cultiver des OGM en Europe.

Nous vous encourageons, si vous le souhaitez,à suivre la procédure suivante :

1°) lire la Lettre de campagne duRCR pour l’année 2000 - n°3 qui suit.

2°) Imprimer la "Lettre à MagdaAelvoet"

3°) Signer et compléter la lettreen y indiquant vos nom et coordonnées, puis envoyer la lettre auRCR- Rue de la Révolution, 7 - 1000 Bruxelles, accompagnéed'un timbre à 17 FB - Nous transmettrons votre lettre àMadame Aelvoet. La forme papier nous semble avoir plus de "poids",vu le nombre de pétitions circulant actuellement par Internet. Lapile des lettres est en effet un élément tangible et montrabledans une réunion telle qu'un conseil des ministres ...

Agissez le plus rapidement possible ; lesnégociations se dérouleront vraisemblablement durant la premièrequinzaine de juin.

4°) Diffusez ce message et ces lettresà toutes vos connaissances et amis soucieux d'une agriculture, d'unenvironnement, d'une santé et d'emplois durables


 
 
 
Lettre de campagne duRCR pour l’année 2000 - n°3

 

L’Europe ouvre la porte à la disséminationdes OGM

VOUS POUVEZ ENCORE AGIR !
 
 

Le 12 avril, le Parlement Européena discuté une directive visant à mettre en place un systèmelégal pour la mise en culture d’O.G.M. 

Cette directive doit encore êtreadoptée (ou non) par le Conseil des Ministres.







Dans le monde, les plantes transgéniquesne sont cultivées à grande échelle que depuis 5 ansenviron mais déjà les premiers problèmes de pollutiongénétique se manifestent : mauvaises herbes tolérantesaux herbicides, apparition d’insectes ravageurs résistants aux toxinesde plantes insecticides... Les risques d’une pollution environnementaleà large échelle sont réels et la biodiversitéplanétaire est plus que jamais mise en péril.
 
 

Les risques sanitaires potentiels del’introduction d’O.G.M. dans notre alimentation sont méconnus. Uneétude épidémiologique valable nécessite de10 à 20 ans. 

Les effets à long terme sur lasanté des plantes commercialisées aujourd’hui n’ont pas étésuffisamment étudiés. 
 
 

Enfin, les effets sociaux et économiquesnégatifs des biotechnologies sont à craindre : la confiscationpar quelques firmes agro-chimiques, via le dépôt de brevets,des semences traditionnelles sélectionnées par les paysanset agriculteurs depuis des siècles, conduira inévitablementà une augmentation de la pauvreté au niveau mondial et àde nouvelles catastrophes humaines, et non pas à la résolutionde la faim dans le monde comme les grandes firmes commercialisant les semencesgénétiquement modifiées veulent nous le faire croire.


 
Sous la pression des consommateurs,la plupart des distributeurs, suivis par les firmes agro-alimentaires,ont d’ores et déjà pris des mesures visant à bannirles O.G.M. de leurs produits1.





Suite aux réactions de méfianceet de rejet du public, certains pays commencent à manquer de débouchéspour leurs récoltes transgéniques…

Et l’Europe voudrait autoriser les misesen culture chez nous, sans même engager la responsabilitécivile des industriels !

Le RCR est pour le principe de précaution.

Tant que l’innocuité absoluede ces produits n’est pas prouvée, ils ne doivent pas êtremis en culture







Il n’est peut-être pas trop tardpour agir…
 
 

Nous, citoyens et consommateurs révoltéspar l’évolution actuelle de l’agriculture et l’utilisation massivede semences génétiquement modifiées, à l’heureoù une large majorité des européens sondésse déclarent opposés à la consommation de produitsissus de manipulations génétiques2, nous pouvonsencore faire connaître notre opinion à nos représentantspolitiques.
 
 

Nous vous invitons à manifestervotre opinion :
 
 

  • En diffusant largement , auprès devos amis et connaissances, la lettre adressée au Ministre qui représenterala Belgique au prochain Conseil des Ministres.
  • En signant et renvoyant la lettre au RCR,7, rue de la Révolution à 1000 Bruxelles. Nous la transmettrons.

 
 
Le Réseau de ConsommateursResponsables
Voir : RCR, lettres OGM n°1 et 2

2 voir le sondage Eurobaromètren°49 : La sécurité des produits alimentaires, disponibleen format *.PDF sur le site : http://europa.eu.int/comm/dg24/library/surveys/eb49_fr.html


 
 
 
Pour plus d’informations surl’actualité en matière d’O.G.M. :http:// http://altern.org/infogm/index.html; publie le bulletin Inf’OGM, disponible gratuitement par e-mail en enfaisant la demande auprès de Christophe Noisette, infogm@altern.org
  • Isabelle Delforge, Nourrir le monde oul’agrobusiness : Enquête sur Monsanto, Les Magasins du MondeOxfam, 2000. 
  • R. A. Brac de la Perrière, F. Seuret,Plantestransgéniques : une menace pour les paysans du Sud, EditionsCharles Léopold Mayer, 1999, 146 p.

 
 
 
Madame Magda Aelvoet

Ministre de la Santé Publique, dela Consommation et de l’Environnement

Avenue des Arts, 7

1210 Bruxelles
 
 
 
 
 
 

Madame la Ministre,
 
 
 
 

Le 12 avril a été discutéau Parlement Européen une directive visant à donner un cadrelégal pour la mise en culture d’O.G.M..
 
 

En tant que consommateur et citoyen soucieuxde ma famille, profondément attaché au respect des droitssociaux, humains et de l’environnement, je me joins au Réseau desConsommateurs Responsables pour vous faire part de ma consternation.
 
 

Je crains :
 
 

  • La dissémination des O.G.M. dans lanature et leur impact sur les écosystèmes
  • L’impact sur la santé de leur présencedans l’alimentation
  • La dépendance de nos paysans par rapportà quelques firmes
Les mesures de précautionprévues par le Parlement Européen sont à mes yeuxloin d’être suffisantes, et, telles quelles, ne respectent que troppartiellement le " principe de précaution " auquel elles se réfèrent.Je suis pour le " principe de précaution " tel qu’énoncéci-après : 

" Tant qu’il n’y a pas certitudeabsolue sur l’innocuité de ces produits, ils ne doivent pas êtremis en culture ".
 
 

Je demande le maintien du moratoire adoptéen juin 1999 et que la responsabilité civile des industriels producteursd’O.G.M. soit engagée. 

Je vous prie, Madame la Ministre, de biendéfendre les citoyens et l’environnement en votant contre cettedirective lors du Conseil des Ministres de juin 2000.
 
 

Veuillez recevoir, Madame, l’expressionde ma considération la meilleure.

Coordonnées : (prénom,nom et adresse)
 
 
 
 

Signature :


 
 Paged'accueil
Introduction
18mars 1999
ICC99
15août 1999
CAGE
Brevets
SommaireFestival