Paged'accueil
 DesOGM dans votre assiète
 
20.11.1999
Bruxelles
20.11.1999
Liège
20.11.1999
Namur
 
Janvier2000
Alertemétro...
1.Un CAGE...
 2.Chronologie
 
20.11.1999
Arlon
20.11.1999
Brugge
20.11.1999
Tournai
 
1avril 2000 
Dupoisson...

A partir du 7 janvier 2000...
 

Alerte dans le métro Bruxellois


Extraitdu journal télévisé de la RTBF - www.rtbf.be/JT/ 

Campagne anti OGM dans le métrobruxellois
 

Marie-Pierre Deghaye - JTRTBF - Vendredi 7 janvier 2000
 
 

Depuis plusieurs semaines,un mystérieux gang hante le métro bruxellois. Sa cible :apposer des autocollants sur les distributeurs de produits à basede chocolat. Des autocollants rouge fluo au message percutant : attentionrisque d'OGM, traduisez organismes génétiquement modifiés.Les marques visées, comme Master Foods ou Nestlé, réagissent.Leur chiffre d'affaire a déjà subi une perte.

Alerte dans le métrobruxellois. Depuis quelques semaines, de mystérieux individus s'attaquentà des distributeurs de friandises. Aucune détériorationn'est commise, mais certains produits font l'objet d'une campagne.

Des autocollants fluorescentssont apposés sous les produits à base de chocolat des marquesMaster Foods ou Nestlé. Attention risque d'Organismes génétiquementmodifiés. Le message a pour but d'inquiéter le consommateur.Et l'objectif est atteint.

DidierHouille , gérant de la société Arts
"On les collesur les produits M&Ms et Crunch."
Uniquement ces 2 marques?
"Uniquementsur les marques Nestlé et Mars. Sur les autres, pas pour l'instant.Je ne sais pas pourquoi. Mais cela nous pose de graves problèmes,parce que les gens, quand ils voient cela, ils n'achètent pas lesproduits. Et actuellement, on a quand même, depuis quelques mois,50% du chiffre d'affaire en moins."
Pour lutter contre cette attaqueanonyme, le concessionnaire des distributeurs de friandises doit lui-mêmearracher les autocollants. Près de 450 distributeurs sont pris d'assautchaque jour dans les 66 stations du métro bruxellois.
Didier Houille, gérantde la société Arts
"Le métro,c'est la facilité. Personne viendra vous contrôler si vouscollez une affiche. Peut-être que dans les grandes surfaces, on nerisque pas d'aller coller des affiches directement dans les rayons."
Pourtant, le métro, c'estquand même surveillé, il y a des gardes, il y a des caméras.Comment cela se fait, cela ne fonctionne pas, on ne surveille pas?
"Le systèmede sécurité par caméra est obsolète et au niveaude la sécurité, la STIB a de gros problèmes."
Et La firme Master Foods prendl'affaire au sérieux.
OdetteVignero , Relations ExtérieuresMaster Foods
"On voudraitsavoir qui est à l'origine de cette campagne, parce que je la trouvetout à fait inacceptable et irresponsable, dans la mesure oùelle est tout à fait incorrecte. Elle induit le consommateur àl'erreur."
Vos marques sont fabriquéesà base d'huile végétale. D'où vient cette huilevégétale?
"Nous achetonsnotre soja en Europe et il est garanti qu'il vient de récolte conventionnelle."
Est-ce que cela signifie qu'iln'y a aucun risque d'organismes génétiquement modifiés?
"C'est ceque cela signifie."
Comment vous pouvez êtresûre, vous pratiquez des tests régulièrement?
"Nous utilisonsuniquement des ingrédients dont les tests sont révélésnégatifs."
La présence de matièresgrasses végétales hydrogénées est indiquéedans la composition du produit. Les firmes ne sont pas obligéesde signaler l'absence d'organismes génétiquement modifiés.

Master Foods envisage defaire une campagne pour rassurer le consommateur.












 


 
 
NOTRE VIE, LEUR ARGENT

Pourquoi des autocollants orange fluo “Risqued’OGM” ?

------------------------------------------------------------

Lorsqu’on l’interroge surla présence d’OGM dans ses produits, Master Foods ne veut pas garantirleur absence. Elle répond “nous essayons d’acheter tous nos ingrédientsprovenant de récoltes conventionnelles”. Cette réponse est une contorsion sémantique ambigüe qui induit le consommateuren erreur. Il ne s’agit plus d’essayer, il s’agit d’y parvenir !
 

Elle commercialise les marques:

Mars
Snickers
Twix
Bounty
Maltesers
Balisto
Milki Way
m&m’s
Advance
Sheba
Cesar
Pedigree
Chappi
Frolic
Whiskas
Kitekat
Brekkies
Uncle Ben’s (Sauces,menu select)

La sociétéUnilever mesure (!) la sensibilité des consommateurs dans chaquepays. Les consommateurs belges ne sont pas considérés commeétant aussi sensibles que les consommateurs britanniques.... Lacompagnie continue donc à produire des OGM pour le marchébelge ! Ce qui a le mérite d’être clair.
 
 
 

Elle commercialise les marques:

Becel
Calvé
Unox
Zwan
Effi
Ozo
Planta
Solo
Iglo 
Royco
Bistro Diner
Ola (Carte d’Or Glaces,Cornetto)











 

------------------------------------------------------------
En fait, tout les produits dérivésdu maïs et du soja (farines, protéines, amidon, huiles, lécithine,maltodextrine, sirop de glucose, dextrose, etc.) peuvent contenir des OGM.Liste des produits mise à jour sur www.greenpeace.fr

INFORMATION AUX CONSOMMATEURS- INFORMATION AUX CONSOMMATEURS


 

 
 

Courrier pour le "Journal des Lecteurs"
 

"Alerte dans le métro bruxellois"
 

Publiée dans Le Matin, mardi18 janvier 2000

 

"Depuis plusieurs semaines, un "gang anti-OGM"sévit dans le métro bruxellois et colle sur les distributeursautomatiques de snacks et de friandises des autocollants rouge fluo mettanten garde contre le "risque d'OGM". (Le Matin du 13 janvier)

C'est aussi ce que vous avez pu entendreau JT du vendredi soir (7/1) ainsi qu'au journal parlé du samedimatin (8/1), juste après l'annonce de plusieurs cas de Listériose?dernier avatar de la chaîne alimentaire industrielle?-.

Comme je ne tiens pas à passer pourun mystérieux gangster (ma maman s'en inquiéterait !), voicidonc un droit de réponse ou plutôt un "devoir de réponse".

Revendication d'attentat:

Oui, des dizaines (bientôt des milliers?) de personnes collent des autocollants "Risque d'OGM" sur certains produitsdes supermarchés et distributeurs de friandises dans les métros.Et ce afin de signaler la possible présence d'Organismes GénétiquementModifiés dans ces aliments. Et de susciter un débat public.

D'où vient ce "gang" ?

A l'origine de ces actions de sensibilisation,un débat sur la souveraineté alimentaire, le 21 juillet 1999.Autour de cette table ronde, un scientifique professeur d'universitéet un paysan français, membre de la ConfédérationPaysanne. Ainsi que 120 personnes désireuses d'en savoir davantagesur les enjeux de l'alimentation. A l'issue de ces débats se créele Collectif d'Action pour des Gènes Ethiques (CAGE) dont l'objectifest de sensibiliser à la prolifération des OGM dans la nature,dans l'alimentation animale mais aussi dans notre nourriture quotidienne.

Le 20 novembre le CAGE lance une actiond'information dans une douzaine de supermarchés du pays. Dans chaquegrande ville, des dizaines de consomm'acteurs citoyens de 0 à 77ans ont ainsi collé, distribué des tracts (avec une listede produits douteux1 et une alternative qui passe du "consommezlocal et de saison" aux produits bio en passant par les groupements d'achats),expliqué leur démarche et revendiqué une transparencevis-à-vis du citoyen ainsi qu'un moratoire sur la commercialisationet la dissémination des OGM dans la nature. Ceux-ci doivent resterdans les laboratoires tant qu'il n'existe aucune garantie sanitaire etécologique (principe de précaution) et tant qu'il n'existepas de cadre légal pour éviter la mainmise du vivant au profitde quelques transnationales.

Car là est le véritable enjeudes OGM aujourd'hui : l'appropriation du marché des semences, premiermaillon de l'agriculture. Les OGM ne servent ni à nourrir le monde,ni à améliorer l'environnement, que du contraire (voir articledu Soir, le 6 janvier). Leur unique but de mise sur le marché estmercantil. Au profit de quelques transnationales. Au dépend desautres, de l'indépendance des paysans, de la biodiversité.

Il ne s'agit donc pas d'un "gang" maisd'un ensemble de personnes responsables sans aucun lien avec un parti politiqueou un groupe de pression classique, néanmoins conscientes des dérivesde l'agribusiness. Car n'oublions pas que les crises de la vache folleet de la dioxine ne sont pas des accidents mais des conséquenceslogiques d'une industrialisation de l'agriculture où ne compte plusque la seule loi du profit. La prolifération des OGM à toutcrin contribue à cette politique de fuite en avant. La recherchen'est progrès que si elle profite à tous !

Les réactions des consommateurs:

En ce 20 novembre, les clients des supermarchésont réagi de manière diverse. Les uns s'en moquent, ouvertementou pas. "Sinon on ne mangerait plus rien !" D'autres se précipitentsur le produit incriminé d'une étiquette fluo "Risque d'OGM",croyant sans doute être l'heureux bénéficiaire d'unenouvelle promo alléchante. Mais la plupart s'interrogent et questionnent.Sont heureux d'obtenir un peu d'information sur ces trois mystérieuseslettres O.G.M.. S'indignent d'un risque dans leur biscuit préféré,dans tel surgelé ou dans l'aliment de leur bébé. "Ily en a depuis longtemps ? Beaucoup ? Quels sont les risques?"

Je ne polémiquerai pas sur les risquespuisqu'on ne les connais justement pas. D'où le principe de précautiond'ailleurs. Ce qui est plus visible actuellement, c'est que quelques transnationalessont en train de prendre un pouvoir énorme sur nos ressources alimentairessans subir aucun contrôle. Voici ce qu'en pensent des déléguésafricains de la FAO: "Nous ne croyons pas que ces compagnies ou cestechnologies génétiques aideront nos paysans à produirela nourriture nécessaire. Au contraire, nous pensons qu'elles détruirontla diversité, les savoir-faire locaux et les pratiques agricolesdurables que nos paysans ont développé depuis des millénaires,sapant ainsi notre capacité à nous nourrir nous-mêmes."

D'après un sondage effectuéen France, 80% des personnes interrogées "ne veulent pas d'OGM dansleur assiette". Or une majorité d'aliments préparéscontiennent des OGM ou des dérivés d'OGM sans mêmeêtre étiquetés. Le consommateur en mange donc àson insu. Et puisque personne n'informe, informons-donc !

C'est ce que des dizaines de personnesont choisi de faire le 20 novembre mais aussi aujourd'hui, de Tournai àArlon, en passant par la Flandre et… les métros bruxellois. En toutelégitimité.

Pour conclure, point de chiffres, justeune petite phrase révélatrice de l'ambiguïtédu discours des principaux disséminateurs d'OGM : "La nourrituregénétiquement modifiée est interdite à la cantinedu siège de la filiale britannique de Monsanto (…) par respect pourla santé" (Le Soir, 28 décembre 1999 et 6 janvier 2000)

Pour le CAGE

Stephan Vis, paysan

1. dont les fabricants ne garantissentpas l'absence d'OGM. Cette liste noire, réactualisée régulièrement,est basée sur celle élaborée par Greenpeace (info.ogm@diala.greenpeace.org).Reste que les tests de dépistage d'OGM sont difficiles, coûteuxet donc rares. A quand un bureau de contrôle public, indépendant? A noter que la Belgique sert de cobaye pour bon nombre de producteursd'aliments puisque certains garantissent l'absence d'OGM dans leurs produitsfabriqués en France, Grande-Bretagne… mais rarement en Belgique.Il paraît que c'est parce que le consommateur belge est indifférent.A bon entendeur…

 

DesOGM dans votre assiète
 
 
Paged'accueil
  
20.11.1999
Bruxelles
20.11.1999
Liège
20.11.1999
Namur
 
Janvier2000
Alertemétro...
2.Chronologie
 
 
1.Un CAGE...
  
20.11.1999
Arlon
20.11.1999
Brugge
20.11.1999
Tournai
 
1avril 2000 
Dupoisson...